Menu Fermer

Sainte Canicule

Je partage le Ministre !

JE pensais me répandre voluptueusement dans l’oisiveté bronzante de ce début d’été et préparais ma petite valise à fleurs pour me rendre aux Bahamas à un stage de formation des ministres du dimanche où je brûlais d’impatience de participer, comme tout honorable ministre dominical, à un atelier de tuning d’Opel Corsa en claquettes-chaussettes quand… La Canicule ! Ah, la Canicule, voilà pour un gouvernement l’occasion inespérée de communier dans la déshydratation avec le Peuple en nage !

Refilant d’un coup de pied joyeux ma valisette sous le lit, je me suis précipité sur les plateaux télé pour contribuer à l’éducation caniculaire des masses assoiffées car, je vous le demande, quelle autre voix rédemptrice est plus attendue par nos concitoyens que celle d’un ministre, expert naturel en précautions rafraîchissantes ? Foin des dossiers rébarbatifs sur les retraites ou sur les rats morts de la capitale, la Canicule restaure d’un coup d’un seul le caractère hautement sacré de la fonction gouvernementale ! Ces chaleurs mortifères qui font planer sur les humbles têtes des contribuables une ombre aussi peu secourable que dévastatrice témoignent bien de la puissance écrasante du nouveau dieu Climat et de sa vengeance immanente dont seul le Gouvernement peut se faire le rempart. Le Peuple hébété pointe ses pauvres yeux éblouis vers un insolent azur, il court nu dans les mares boueuses en implorant qu’on lui fasse grâce de quelques degrés comme il quémande sans succès quelques centimes au percepteur mais le gouvernement, pétri de ses devoirs, sait les mots qui sauvent !

En vérité, je vous le dis, le Gouvernement vous guidera dans cette épreuve et vous fera traverser les déserts brûlants vers le pays où coulent les sodas glacés pour peu que vous soyez attentifs aux conseils gratuits dont vos pauvres cervelles desséchées n’auraient jamais accouché d’elles-mêmes. Intercesseur infatigable entre les puissances du Ciel et la pitoyable plèbe, le Gouvernement vous révèle les véritables enseignements qu’il tient de longues études des secrets les plus enfouis de la lutte millénaire entre le Soleil, la Terre et le gaz carbonique. Buvez ! Buvez de l’eau ! C’est votre ministre qui vous le dit, ne craignez plus ce robinet dont vous doutiez de l’utilité, buvez et vous serez désaltérés ! Non, ce n’est pas de la magie, c’est l’expérience gouvernementale ! Mettez-vous à l’ombre plutôt qu’au soleil, oui, cela peut vous paraître extraordinaire mais ce simple geste vous garantira les degrés de moins nécessaires à votre survie ! Usez sans modération d’un ventilateur, ah, vous vous demandiez à quoi pouvait servir cette hélice posée dans le salon, eh bien, faites la tourner et vous en constaterez les bienfaits immédiats sur votre mine défaite ! Faites péter la clim au max dans la Mercédès ou dans votre bureau et le dragon climatique s’arrêtera net à votre porte ! Jouez au strip-poker au bord de votre piscine, enfermez-vous dans votre congélateur et surtout, comme le lézard sec qui attend l’ondée, ne faites plus un geste !

Sainte Canicule a béni le gouvernement de la France ! Dès ce samedi, les Gilets Jaunes résiduels n’auront d’autres choix que de se claquemurer dans leurs caves à bière ou de crever la gueule ouverte comme de vulgaires mexicains égarés dans le désert texan et cela même sans qu’il soit besoin de leur administrer de traitements ophtalmiques. Nous n’oublions pas, nous honorons même la mémoire des vieillards cacochymes de l’été 2003 qui ont su s’évaporer dans un râle à peine audible et le Gouvernement ne doute pas qu’une vaillante phalange d’octogénaires suivra l’exemple du sacrifice de leurs aînés en ces temps douloureux de réforme des retraites.

Bientôt les vacances et le Gouvernement saura à nouveau trouver les mots budgétairement insignifiants pour guider les Français sur la route des plages, des châteaux de sable et des noyades par hydrocution.