Menu Fermer

Bravo toro !

Je partage le Ministre !

QUELLE joyeuse feria ce fut, ce samedi de manifestations anti-taxes où l’on a vu cette France que le monde entier admire pour son raffinement, sa fashion-week et ses gardes du corps défiler sans l’ombre d’un complexe, hommes et femmes, dans l’habit de lumière le plus laid qui fut jamais dessinée par un designer dépressif et misanthrope : le gilet jaune. Quelle abnégation dans la défense d’une cause sacrée, au quasi-lendemain de la célébration du sacrifice de nos aînés Poilus, que ce renoncement monastique à toute dignité vestimentaire ! Ah, il fallait que l’enjeu fut de taille – XXL au bas mot – pour que de pimpantes secrétaires s’affublassent d’un accoutrement aussi éloigné de leur élégance qu’une paire de claquettes-chaussettes. Le Gouvernement en aura été fort impressionné et aura mesuré comme il se doit le niveau stratosphérique de l’exaspération fiscale qui justifiait cette audace textile !

Il n’y a pas de belle corrida sans effusion de sang et nous en eûmes donc : une malheureuse retraitée a été soigneusement écrasée, roues avant, roues arrières par… par une écolo vegan ? Que non pas ! Par un gros 4×4 Audi que sa conductrice, qui n’était pas submergée par la solidarité automobile, a confondu quelques secondes de trop avec un Panzer. Ainsi donc, la morale de cette bien triste fable est qu’on trouve toujours plus bête que soi et qu’un Gilet Jaune à pied ne peut prétendre rivaliser avec le puissant diesel dont il défend pourtant le glouton pouvoir d’achat.

Deux cents blessés sont venus compléter ce tableau récréatif, démontrant s’il en était besoin que, contrairement aux prescriptions de la Sécurité Routière, le gilet jaune constitue un danger mortel qu’il convient de retirer sans délai des épaules des naufragés de la route. Le Gouvernement a entendu la colère justifiée des Français et retirera prochainement les gilets jaunes de toutes les voitures.

Beaubeaufs épris de gaz d’échappement contre bobos fous de salades de pissenlits, ne pourrait-on cependant apaiser les esprits, qu’ils soient dieseliformes ou écoloïdes, en offrant à la perspicacité des électrices et teurs les pistes innovatrices conjuguant l’usage de la voiture et le respect d’un environnement déjà bien crasseux ? La voiture électrique ? Naïf que vous êtes ! La voiture électrique, sitôt l’éradication de la voiture à pétrole consommée, sera immédiatement décrétée nocive à tout point de vue au regard du danger radioactif que suppose la production d’électricité dans ces dragons modernes que sont les centrales nucléaires. La taxation prohibitive suivra de près, faites-nous confiance. Non, vous l’avez deviné, c’est de la voiture à pédale dont il s’agit.

La technologie moderne offre à notre inventivité les moyens de voyager à moindre coût grâce à un ingénieux système de siphons à air comprimé permettant de démultiplier la puissance et la vitesse du véhicule tout en agissant sur des pédales sans effort démesuré. Il suffit alors de s’asseoir benoîtement au volant de sa torpedo et de pédaler confortablement pour faire bondir la voiture tout en alimentant un circuit électrique interne fournissant l’énergie aux luxueux équipements. Vos passagers disposent d’un pédalier optionnel qui permet d’accélérer l’allure ou de soulager le conducteur tout en agrémentant la monotonie des trajets par une activité conviviale qui ravira les enfants.

On m’objectera que cette voiture à pédale, aussi performante soit-elle, atteindra sa limite lorsque se présenteront des pentes ascensionnelles particulièrement raides. L’ingéniosité française connaît-elle seulement des limites ? Dans le coffre, un astucieux abri héberge un chien de traîneau qui jappera de plaisir en fournissant le surcroît d’effort qui vous manquait pour atteindre le sommet. Vous n’oublierez pas de revêtir l’obligeant toutou du gilet jaune fourni dans la boite à gants.

Comme vous le constatez, la transformation du pays est bien en marche vers des horizons radieux et le Gouvernement ne ménage aucun effort pour y parvenir.